Carnet de voyage : Une escale à Montréal …

Informations pratiques :

  • Décalage horaire : – 6 heures de Paris
  • Langues : Français / Anglais
  • Nombre d’habitants : + de 1 700 000
  • Divers : 2ème ville la plus peuplée du Canada
From Toronto to Montréal – Google Maps

Vendredi 6 au Mercredi 11 mars 2020

Comment quitter le Canada sans faire une escale à Montréal ? Par chance, mon meilleur ami et sa famille y vivent et m’ont accueilli telle une princesse quelques jours avant de reprendre l’avion direction Paris.

J’ai embarqué dans un vieux « coucou » Air Canada à Toronto direction Montréal. Une heure à survoler un grand et beau paysage blanc et me voilà arrivée, ravie d’y atterrir. Après 4 semaines non stop en anglais, je me réjouis de retrouver mon français et ENFIN parler vite, bien, mal, ne plus chercher mes mots, m’exprimer normalement tout simplement !

Aéroport Billy Bishop – Toronto, Canada

Direction le plateau du Mont-Royal et plus particulièrement l’avenue Laurier où j’ai posé une nouvelle fois mes valises. Durant ces quelques jours, je ne sais pas combien de kilomètres j’ai pu marcher, mes pieds s’en souviennent encore. Des kilomètres à parcourir de longues rues en long, en large et en travers. J’ai adoré chaque morceaux de bitume foulé, à tenter de m’imprégner de l’atmosphère qui s’y dégage, de voir, de scanner et d’enregistrer toutes ces images. A ce moment-là, je ne savais pas que Montréal serait mon dernier voyage avant longtemps … J’ai eu raison de profiter et de visiter tout ce que j’ai pu.

Parc Sir Wilfried Laurier – Montréal, Canada

Mon guide a été formidable et m’a emmené dans des endroits incontournables mais pas que ! Il m’a fait découvrir sa ville à sa façon et je crois qu’il n’y a rien de mieux que de pouvoir explorer une ville, avec un local, sans chercher où aller : se laisser guider tout simplement sans se poser de question. A part juste peut être tenter de me repérer et comprendre le fonctionnement de la ville, c’était mon seul job. J’ai eu la joie de retrouver aussi une amie que je n’avais pas vu depuis plus de 10 ans, qui vit aussi à Montréal et qui m’a fait visiter sa ville à sa manière aussi.

Malgré le froid de cette semaine de mars et la neige recouvrant encore les rues, les parcs, le soleil était au rendez-vous pour mon plus grand plaisir. Alors c’est parti, je vous emmène avec moi (et ma carte quand même) et partager mes dernières aventures.

St-Viateur Bagel & Café – Montréal, Canada

La première journée a commencé par un bon petit déjeuner chez St-Viateur Bagel & Café autour de bagels garnis et d’un bon thé pour se mettre en condition, mais aussi pour le plaisir de se retrouver et papoter. Le ventre plein, je découvre l’avenue du Mont-Royal, la rue Saint-Denis, le quartier Latin, le Red-Light District, avant d’arriver dans Chinatown et plus particulièrement au restaurant ChinaTown Kim Fung. Rien qu’en y repensant j’ai le fou rire. Je ne sais pas si vous connaissez cet endroit, mais c’est magique. Pas la peine d’aller bien loin, rien qu’en y entrant, vous serez dépaysés. Le restaurant était complet, les tables décorées de nappes blanches, les chaises recouvertes de housses blanches identiques, typiques et à l’ancienne.

ChinaTown Kim Fung – Montréal, Canada

St-Viateur Bagel & Café – 1127 avenue du Mont-Royal East, Montréal.

ChinaTown Kim Fung – 1111, Rue Saint-Urbain, Montréal.

Le concept est simple : on vous attribue une table, des serveurs passent de tables en tables avec des chariots de plats asiatiques, vous les présentent en chinois – à moins de comprendre le chinois – vous ne saurez pas ce que vous avez dans votre assiette ! Exotisme et dépaysement bonjour ! Vous souhaitez une expérience culinaire et culturelle ? vous êtes au bon endroit !

La Tour de l’Horloge et Pont Jacques Cartier – Montréal, Canada

Après ce moment plus que sympathique, nous repartons arpenter le sud de la ville : le vieux Montréal côté Vieux-Port, côté Hôtel de Ville – la Basilique Notre-Dame de Montréal (oui oui, là où Céline s’y est mariée en 1994, ndlr), la Place d’Armes, le marché Bon-Secours, le quai de l’Horloge, la Tour de l’Horloge, le Pont Jacques Cartier, le Fleuve Saint Laurent, … J’ai même réussi à trouver une boutique de Noël (en mars) histoire de rapporter un nouveau souvenir de voyage (chacun ses rituels !) : Noël Eternel – 60A Rue Notre-Dame Ouest, Montréal.

Basilique Notre-Dame de Montréal – Montréal, Canada

Les jambes en compote mais toujours l’envie d’en voir plus, nous partons en voiture au Parc du Mont-Royal.

Mont-Royal – Montréal, Canada

Le Mont-Royal c’est juste le symbole de Montréal, c’est un point de repère de 232 mètres de haut. Le soleil brille toujours, il n’y a pas un nuage, le panorama est incroyable et la neige rend le paysage encore plus beau. Malgré le nombre de personnes présentes, je passe un moment à scruter ce qui s’étend devant moi : je pourrais y passer des heures .. (passion vues quand tu nous tiens !)

La journée se termine par un diner au restaurant l’Etat-Major dans le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance décontractée, chic, tamisée et sans prétention de l’endroit. La cuisine est délicieuse, raffinée et avec des produits exclusivement du Quebec.

Etat-Major – 4005 rue Ontario Est, Montréal.

Vous allez me dire que je passe ma vie à manger et ce ne sera pas tout à fait faux 🙂

Cette deuxième journée à Montréal commence par un brunch délicieux dans un restaurant Iranien chez Byblos le Petit Café. Le lieu est bondé, le cadre est charmant, les œufs à la coque, le pain sucré (mention +++), les confitures aux goûts originaux, le thé ou encore le yaourt aux betteraves et à la menthe (Labou) sont excellents.

Byblos Le Petit Café – Montréal, Canada

Byblos Le Petit Café – 1499 Avenue Laurier E, Montréal

Avant de retrouver mon amie (non vue depuis + de 10 ans), je décide de prendre mon temps et d’aller prendre des photos de ce qui rend – en partie – célèbre Montréal : le Street Art et les charmantes maisons typiques et colorées. J’ai adoré passer du temps à me perdre dans les rues, à chercher ces maisons, découvrir ce Street Art riche en couleurs, en originalités et messages.

Saint Laurent / Ontario – Montréal, Canada

J’ai passé du temps à flâner dans ces rues, à profiter de la gentillesse des gens (et oui avec ma carte je faisais un peu touriste quand même) qui m’ont proposé leur aide me sentant perdue, de la douceur de vivre, du soleil. C’est exactement comme on m’avait décrit la ville et comme je l’imaginais.

Quartier du Plateau – Montréal, Canada

Je suis donc partie de l’Avenue Laurier à pied, en passant par l’avenue du Mont-Royal, le boulevard Saint Laurent, la rue Sherbrooke Ouest, tout en faisant des petits détours dans des petites rues prendre mille et une photos avant de rejoindre mon amie au métro Lionel Groulx : sacrée virée et ce n’est pas finie. Nous avons été nous promener dans le marché Atwater, puis avons fait une longue balade tout le long du canal Lachine. Soleil tombant, canal gelé, les bords du canal tout enneigé : une atmosphère assez mystérieuse et fascinante.

Canal Lachine – Montréal, Canada

Nous avons marché jusqu’au Centre Ville avant de nous diriger vers le Quartier des Spectacles : haut lieu culturel de la ville avec en son centre la Place des Arts. Ce quartier regorge de salles de spectacles, de musées ou d’évènements culturels, festivals durant l’année (quand la Covid ne passe pas par là). Puis notre belle promenade se termine en remontant la rue Saint Laurent, dans un endroit qui s’appelle le Darling où nous nous sommes arrêtées nous reposer et boire un bon verre avant de rentrer.

Bilan de la journée : de belles retrouvailles, des découvertes, des photos plein l’appareil et 20 km dans les pattes.

A proximité de la rue Saint-Laurent – Montréal, Canada

Le Darling – 4328 Boul St-Laurent, Montréal.

Durant les jours qui suivirent, j’en ai encore pris plein les yeux en allant me promener dans d’autres quartiers tels que Outremont avec ses belles et grandes maisons bourgeoises, l’imposante Université de Montréal, Mile End, la Petite Italy et son marché Jean-Talon aux excellents produits du terroir. C’est d’ailleurs ici que j’ai acheté du fameux fromage Quebecquois qui m’a valu d’être arrêtée par la douane à Paris .. Bref ! Le voyage n’aurait pas été complet sans ce type d’anecdote !

Marché Jean-Talon – Montréal, Canada

J’ai continué à flâner, à prendre de nombreuses photos dans les rues, que ce soit sous un magnifique soleil ou bien sous la pluie (seulement 2 jours de pluie en 5 semaines, je n’ai pas eu à me plaindre !), ou encore sous la neige. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette partie du Canada, que ce soit Toronto ou Montréal sous la neige. Je sais que durant d’autres saisons c’est tout aussi beau, mais pour une première fois en hiver, cela collait à la carte postale.

Square Saint-Louis – Montréal, Canada

Le dernier restaurant où je suis allée est celui de l’ITHQ – Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Quebec. Idéalement situé en face rue Saint Denis et en face du Square Saint-Louis, vous y dégusterez une cuisine moderne aux saveurs du Quebec. La cuisine est raffinée, joliment présentée, délicieuse et le service plus que sympathique (menu 3 services à $39 et $43).

ITHQ – 3535 rue Saint-Denis, Montréal

Avant de partir, j’ai cédé à un dernier « caprice » et/ou « excentricité » pour marquer la fin de ce séjour Canadien : j’ai décidé que c’était le moment de me faire un nouveau un pin’s dans l’oreille (un piercing ndlr) ! Je trouvais que le symbole était plutôt intéressant, … Rebelle, … bon d’accord on repassera ! Cela m’a fait plaisir, c’est l’essentiel !

Mauve, Rue Saint Denis – Montréal, Canada

Pour cela, ne connaissant aucune adresse, j’ai trouvé le studio de perçage en fonction des commentaires et avis sur Internet. Je suis allée chez Mauve où je n’ai pas été déçue du professionnalisme et de la qualité de la prestation.

Mauve – 4473 rue Saint Denis, Montréal.

Mon séjour Montréalais touche à sa fin, j’ai encore mille choses à découvrir et à explorer mais pour une première fois, je me suis régalée !

Plateau du Mont-Royal – Montréal, Canada

J’ai adoré terminer mon voyage au Canada par Montréal, qui est bien différente de Toronto et à mon goût pas comparable. J’ai trouvé Montréal finalement à « taille humaine », agréable, une ambiance douce, particulière et chaleureuse, aux rues propres et typiques. J’ai beaucoup aimé ces maisons ne dépassant par les 2/3 étages aux escaliers extérieurs et souvent en briques ou colorées, le Street Art inimitable mais aussi les habitants que j’ai trouvé plutôt très respectueux (notamment en ce qui concerne par exemple la traversée des piétons) et charmants. Je comprends maintenant d’autant plus pourquoi autant de Français s’y installent, s’y plaisent et y restent.

Une note particulière à mes amis : ils le savent, mais encore une fois je les remercie pour leur accueil, tous ces bons moments passés ensemble, le temps consacré à me faire parcourir et découvrir la ville, j’en garde de merveilleux souvenirs ! La prochaine fois : je viendrai pendant une autre saison et sans la Covid en arrière plan !

Merci pour tout !

Mercredi 11 mars, je reprends l’avion direction Paris, l’aéroport comme l’avion n’est franchement pas plein. J’étais loin de me douter que ce serait mon dernier vol long courrier avant … L’avenir nous le dira !

Street Art – Montréal, Canada

Carnet de voyage : Toronto, 3 semaines plus tard

Semaines du 10 Février au 1er Mars 2020

Général :

3 semaines déjà que je suis arrivée au Canada. Le temps passe à une vitesse. Je me revoie encore arriver ce samedi 8 février en fin d’après midi : devant cette maison, dans la rue et dans le froid, sans comprendre comment ouvrir la porte, déprimée en arrivant dans ma chambre lugubre, et j’en passe.

Skyline – Toronto Island, Toronto

Aujourd’hui, après 3 semaines les choses ont bien changé : même si je n’apprécie toujours pas ma chambre, je fais en sorte d’y passer le moins de temps possible et cela me permet de visiter la ville. Pour rajouter un peu d’humour, je suis en colocation avec un garçon Japonais qui ne me parle à peine, sauf pour me dire bonjour, et qui trouve parfaitement logique de cuisiner à minuit et surtout, surtout (parce que sinon ce n’est pas drôle) des choses frites. Je vous passe l’odeur au milieu de la nuit … Bref !

J’ai parfaitement compris le fonctionnement de la ville, ce qui me permet de ne pas sortir mon téléphone toutes les 2 minutes pour m’orienter et heureusement, sinon je pense qu’il va falloir me couper les doigts !

Toronto University – Toronto

Anglais :

Les cours d’anglais se passent bien et sont vraiment intéressants. Même si parler anglais peut être encore difficile, ma compréhension orale et écrite est bien meilleure qu’avant. C’est dans ces moments qu’on se rend compte des lacunes que nous pouvons avoir suite à nos vieux cours d’anglais et si nous ne persévérons pas dans cette voie. Je regrette de n’avoir pas été plus loin concernant cette matière et de pas avoir été peut être assez assidue au collège et au lycée.

Photo Matte – Brookfield Place, Toronto

En classe, il y a quand même une sorte de « stress », je vais vous expliquer pourquoi : nous avons tous été répartis à notre arrivée dans des classes en fonction de notre niveau d’anglais (débutants, intermédiaire, pré-avancé, avancé, …). Toutes les deux semaines, il y a un test de niveau d’anglais issu du Cambridge English avec beaucoup de compréhension orale et écrite. En fonction du résultat obtenu, soit nous restons dans la même classe au même niveau, soit nous partons dans la classe du niveau supérieur. Pour ma part, je suis dans le groupe « pré-avancé » avec mes camarades de classe et je n’irais pas plus loin car je ne reste pas assez longtemps : 4 semaines, 2 tests. Il ne me manque que 5 points pour aller dans le niveau supérieur ! L’important est de se sentir progresser. De ce fait, 2 jours avant le fameux test, le stress se fait bien ressentir tant il est difficile d’avoir un bon score.

Rencontres :

J’ai rencontré des personnes venant du Brésil (beaucoup !), d’Espagne, de Aruba, du Venezuela, du Panama, d’Equateur, du Chili, du Japon, du Mexique, de Turquie, … Chacun a ses propres raisons d’être venus jusqu’à Toronto, mais toutes ces personnes sont là comme moi, pour progresser en anglais et vivre leur expérience Canadienne. Nous sommes tous à peu près du même âge et de professions différentes : avocats, dentiste, ORL, ingénieurs, acteurs, manager dans le e-commerce, … Comme pour la plupart, nous sommes ici seul, une sorte d’entraide et de solidarité s’est créée entre nous. Même si parler en anglais de sujets aussi futiles qu’importants peut être vraiment compliqué, nous trouvons toujours un moyen de nous faire comprendre.

Je sens (et je sais que je ne suis pas la seule) la différence de culture qu’il peut y avoir entre les personnes d’origines asiatiques et toutes les autres personnes que j’ai pu rencontrer. Certains d’entre eux font des efforts pour parler et sortir avec nous, ne pas rester à l’écart, mais d’autres restent seulement avec leurs compatriotes et cela s’arrête là. En tout cas, me concernant, je n’aurai pas été dérangé par le Français et je n’aurais en aucun cas parlé français durant mon séjour. Mais je le reconnais, je n’ai qu’une envie : parler vite, sans chercher mes mots, et surtout, j’ai une de ces envies de mal parler !

L’Espresso Bar Mercurio – Toronto

Ce qui est amusant quand je discute avec les personnes que j’ai rencontré, c’est l’image qu’elles ont des Français, de Paris et de la France. Quand je les écoute, j’ai l’impression que nous vivons dans une carte postale. J’essaye tant bien que mal de leur expliquer que non dans la vraie vie, Paris n’est pas une carte postale, qu’il y a les bons et les moins bons côtés (même si Paris reste magnifique), que la capitale ne se résume pas aux Champs Elysées, à la Tour Eiffel et aux marques de luxe et que le Français, de manière générale, à besoin de se plaindre. C’est normal, c’est dans sa nature 🙂

C’est passionnant en tout cas de discuter de toutes ces choses, de nos pays respectifs, de nos traditions, de nos particularités, de cinéma, de musiques, de politique, de royauté, enfin d’apprendre à travers eux. C’est une des choses que je recherchais en venant ici et je ne suis pas déçue.

Découvertes :

En 3 semaines, j’ai eu le temps de partir à la découverte de Toronto sans devoir à me presser.

Une après-midi au Sud-Est de Toronto :

Rendez-vous au Cluny Bistro dans le quartier de Distillery District. Une brasserie « à la Française », décorée comme une brasserie parisienne. Un peu bruyante aux heures de pointe mais le cadre est agréable et la cuisine plutôt bonne, simple mais bonne.

Cluny Bistro – Distillery District, Toronto

Cluny Bistro – 35 Tank House Lane, Toronto

Je suis accompagnée de mon amie Brésilienne, Claudia, et nous partons à pied direction le Sud de Toronto. Le ciel est bleu, du vent mais la balade est agréable. Un petit tour par Sugar Beach pour voir la plage sous le soleil !

Sugar Beach – Toronto

Puis, direction Mainland Ferry Terminal pour prendre un bateau qui nous emmènera sur l’Île de Toronto en quelques minutes. Nous passons l’après midi à nous balader sur l’Île qui est à vrai dire, totalement désertique à cette période de l’année. De l’Île de Toronto, la vue sur la ville est imprenable. Si vous souhaitez prendre des photos, vous aurez le choix de l’angle. En nous baladant, nous découvrons que des personnes y vivent à l’année. Les maisons ont l’air « cosy » de l’extérieur. Il y a aussi des embarcadères où actuellement le lac Ontario est gelé ce qui rend le paysage encore plus joli. Malgré le froid et le vent nous marchons et attendons la tombée de la nuit pour reprendre le bateau et pouvoir admirer la skyline.

Toronto Island – Toronto

L’Île de Toronto permet une charmante balade loin du tumulte de la ville. Néanmoins, étant donné que tout est fermé jusqu’à Mai, je vous conseille d’y aller à partir du printemps pour en profiter d’avantage.

Skyline – Toronto Island, Toronto

Départ en hiver de Mainland Ferry Terminal (en été vous pourrez partir de différents endroits depuis Toronto) – 9 Queens Quay W, Toronto

Tarifs :

  • $8.19 pour les adultes ;
  • $5.37 pour les students et seniors ;
  • $3.95 pour les enfants de moins de 14 ans ;
  • Gratuit pour les enfants de moins de 2 ans.

Plus d’informations : ici

Marchés :

St Lawrence Market – 93 Front St E :

St Lawrence Market – Toronto

Le plus Important marché public de la ville de Toronto. Pour moi qui adore les marchés en tout genre, ici vous retrouverez fruits, légumes, fromages (et de nombreux fromages français !), viandes, poissons, fleurs, restaurants de toutes sortes. Je crois qu’en me baladant dans les allées, j’ai eu envie de tout acheter. Rien que pour les plaisirs des yeux et votre odorat, allez-y faire un tour !

St Lawrence Market – Toronto

Si vous aimez les marchés, sachez que toutes les semaines des marchés de producteurs locaux sont présents à différents endroits dans Toronto. Je me suis rendue à Artscape Wychwood Barns – 601 Christie St. qui a lieu le samedi matin de 8h à 12h30. Ce n’est pas un grand marché, mais encore une fois, j’ai eu envie de tout goûter et tout acheter ! Ce sont des lieux indispensables si vous voulez être en immersion et être au plus près des habitants de la région.

Plus d’infos : ici

Après-midi découverte :

Chotto Matte – Brookfield Place, Toronto

Toujours en quête de restaurants originaux et de saveurs, voici l’adresse d’un lieu très agréable pour déguster de la cuisine japonaise et péruvienne : Chotto Matte. Un mélange de cultures et des saveurs délicieuses. Le restaurant est situé au rez-de-chaussée de Brookfield Place. Un écrin de verdure au coeur de Toronto. Pensez à aller faire un tour aux toilettes, une fresque fluorescente arbore les murs.

Chotto Matte – Brookfield Place, Toronto

Chotto Matte – 161 Bay St, Toronto

Après un déjeuner riche en couleurs, direction le Sud-Ouest de Toronto arpenter les quais et arriver au parc HTO où vous pourrez cette fois découvrir une plage urbaine bordant le lac Ontario, non pas avec des parasols roses comme à Sugar Beach, mais avec des parasols et des fauteuils jaunes. De cette plage vous pourrez contempler les avions décoller ou atterrir de l’aéroport Billy Bishop. La détente sur la plage fut de courte durée car malgré le beau soleil, le froid et le vent étaient de la partie.

HTO Park – Toronto

HTO Park – 339 Queens Quay W

Lieux approuvés et recommandés :

Prendre un verre et déguster de bonnes planches de charcuterie dans Entertainment District :

Melrose on Adelaide – Toronto

Melrose on Adelaide – 270 Adelaide St W

Prendre un bon gouter, déguster de bonnes pâtisseries et travailler du côté de St Lawrence Market :

Neo Coffee Bar – 161 Frederick St Unit 100, Toronto

Déjeuner et gouter entre Bloor St. West & St George Street :

L’espresso Bar Mercurio – Toronto

Café Restaurant Italien où les cafés, les pâtisseries et les plats sont délicieux. Le cadre est agréable pour rester travailler un moment en contemplant les clients, les passants.

L’Espresso Bar Mercurio – Toronto

L’Espresso Bar Mercurio – 321 Bloor St W

Si vous êtes dans ce quartier, allez vous promener aux alentours de la prestigieuse Université publique de Toronto qui borde Queen’s Park. La neige fraichement tombée rend la balade encore plus jolie : entre parcs, bâtiments anciens et plus récents, c’est un endroit à voir à Toronto.

Toronto University – Toronto

4 stations de métro à proximité : St. George, Museum, Spadina et Queen’s Park.

Toronto University – Toronto

Toujours dans ce quartier à l’angle de Bloor St. West & St George Street :

Bata Shoe Museum – 327 Bloor Street West

Bata Shoe Museum – Toronto

Musée consacré à l’histoire de la chaussure, il retrace les prémisses des chaussures à celles d’aujourd’hui et de demain. Une partie est consacrée aux chaussures et équipements du Groenland, Pôle Nord, Sibérie, … et notamment les matériaux et techniques utilisés pour confectionner des produits adaptés au froid, à la pêche, à la chasse, …

Bata Shoe Museum – Toronto

Si vous aimez les chaussures, vous êtes au bon endroit !

Tarifs :

  • Individuelle : $14
  • Senior : $12
  • Etudiants (avec carte) : $8
  • Enfants de 5 à 17 ans : $5
  • Enfants de 0 à 4 ans : gratuit

Une journée :

Enfin après avoir fait une bonne visite de Toronto, même s’il me reste encore des tas de choses à voir, j’ai eu l’occasion de profiter d’une excursion pour Niagara Falls et sa région.

Premier Arrêt : Konzelmann Estates Winery

Dégustation des vins et découverte du domaine viticole. La region de Niagara est connue pour ses vignobles en raison de son climat frais et unique qui permet une production de Chardonnay, Riesling et Pinot Noir.

Kunzelmann Estates Winery – Niagara-on-the-Lake

Second Arrêt : Niagara-on-the-Lake

Petite ville pittoresque proche de Niagara Falls où tout semble parfait : les maisons, les boutiques, les restaurants, les monuments. Les édifices sont colorés et aux dimensions parfaites. La rue principale, la plus connue, regorge de petits magasins originaux. J’ai craqué dans un magasin où vous ne trouverez que des décorations de Noël. Malgré le peu de temps que j’avais dans cette ville, j’ai du y passer la moitié de mon temps, je n’arrivais pas à choisir ! Il y en avait partout !

Just Christmas – 34 Queen St, Niagara-on-the-Lake

Just Christmas – Niagara-on-the-Lake

Pour déjeuner rapidement et se laisser tenter par une pâtisserie :

Niagara Home Bakery – Niagara-on-the-Lake

Niagara Home Bakery – 66 Queen St, Niagara-on-the-Lake

Troisième et dernier arrêt : Niagara Falls

Tout d’abord je suis allée en haut de la Skylon Tower afin d’avoir une vue d’ensemble des Chutes du Niagara, des Chutes Américaines, de la Niagara River, de la ville afin d’avoir une vue panoramique.

Niagara Falls – Skylon Tower, Niagara Falls

Je suis ensuite redescendue et j’ai longé la Promenade allant de Rainbow Bridge à Table Rock. D’ici vous aurez une vue rapprochée des chutes Américaines et Canadiennes. Le spectacle est assez impressionnant, tant les chutes sont puissantes et assourdissantes, j’ai du mal à le décrire, je me sentais tellement petite ! J’ai eu de la chance car ce jour-là il faisait très beau (mais froid) et j’ai pu voir le fameux Arc-en-Ciel.

Behind the Falls – Table Rock, Niagara Falls

Je suis ensuite allée au centre d’observation de Table Rock qui permet de prendre un ascenseur et de descendre au plus près des chutes, derrière les chutes. Là, j’ai pris une bonne douche grâce au vent et à la puissance de l’eau qui vient s’écraser en bas des chutes. Si vous en avez la possibilité, allez-y cela en vaut la peine. En hiver il n’y a pas foule mais je sais qu’en été, de longues heures de queue sont à prévoir.

Behind the Falls – Table Rock, Niagara Falls

Table Rock – 6650 Niagara Parkway

Tarifs :

  • Adultes (13 ans et +) : $15
  • Enfants (6 à 12 ans) : $10

J’ai ensuite pris le chemin en sens inverse et je me suis dirigée vers le Rainbow Bridge. Pour traverser le pont et rejoindre les USA, il faut compter $1. J’ai ainsi pu observer les chutes Américaines et Canadiennes dans son ensemble tout en mettant un pied aux USA et avoir un beau nouveau tampon sur mon passeport. Attention : n’oubliez pas votre passeport, c’est indispensable pour revenir au Canada !!!

Niagara Falls

La nuit tombée, j’ai aussi eu la chance de voir les chutes de nuit, les voir s’éclairer aux couleurs des drapeaux Américain et Canadien.

American Falls – Niagara Falls

Le spectacle est aussi beau de jour comme de nuit !

Niagara Falls

Excursion organisée par ISX Canada, Tour Opérator pour étudiants : $65 la journée + $5 pour la dégustation de vin + $12 pour l’entrée de la Skylon Tower.

Culture : Comme un air d’Opéra … Garnier !

Parce qu’aujourd’hui, j’ai découvert un lieu que je rêvais de visiter : le Palais Garnier. Lieu chargé d’Histoire (et d’histoires !) et de culture, que notre patrimoine est beau, riche et inimitable !

Parce qu’il est bon de pouvoir profiter d’un jour de semaine, éviter la foule du weekend et prendre le temps de visiter ce lieu célèbre et mythique inauguré en 1875 !

La visite choisie pour ce moment d’évasion est la guidée : 1h30 où un guide nous contera l’Histoire de ce Chef d’Oeuvre, les anecdotes qui en feront un endroit si incroyable, magique et nous dira la vérité sur les légendes de ce lieu : une piscine où on peut naviguer sous le théâtre ? Vraiment ? A voir !

Grand Escalier, Palais Garnier – Paris

La visite commence par la Rotonde des Abonnés qui est le seul endroit où Charles Garnier (architecte, ndlr) a signé son oeuvre dans son ornementation (prenez le temps de bien chercher où se trouve la signature 🙂 ), avant de nous diriger vers le Grand Escalier. Que cette oeuvre est belle, tant par son architecture, que par les matériaux utilisés, que par sa grandeur et noblesse. Nous restons un moment à écouter notre guide nous expliquer les différentes particularités et originalités qui regorgent dans ce Grand Escalier. En gravissant ces marches, on pourrait presque croire que nous sommes des personnes importantes comme à l’époque de Napoléon III !

Balcon du Grand Escalier, Palais Garnier – Paris

Nous avons ensuite la chance de pouvoir entrer dans la salle de spectacle. Je n’étais jamais entrée dans cette salle car je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller voir un ballet ou un opéra, mais il n’y a pas de mot (et d’ailleurs personne ne disait plus rien au cours de la visite) tant c’était un beau moment. Tant d’éléments sont à regarder : la scène où des décors sont installés pour le spectacle du soir (avec demande ne pas prendre de photos afin de respecter le travail des professionnels), la salle avec l’ensemble des sièges selon les catégories, le fameux plafond de Chagall et sa signification, tous les ornements, ce lustre. Nous passons un bon moment assis à écouter notre guide et toutes les légendes et anecdotes qui font de cette salle un lieu si unique (qui a dit qu’il y avait un fantôme dans cette salle ?).

Plafond de Chagall, Palais Garnier – Paris

Après être sortis de la salle de spectacle, notre guide nous emmène vers la bibliothèque-musée de l’Opéra Garnier qui ne dépend pas de l’Opéra mais de la BNF (Bibliothèque Nationale de France). Les ouvrages sont si anciens qu’il n’est possible de les emprunter que sous autorisation spécifique (recherches, thèses, …). Poursuite de la visite par une galerie avec de nombreux tableaux et surtout la reconstitution (en beaucoup moins grand) de l’ancien plafond de la salle de spectacle avec l’oeuvre de Lenepveu.

Salle de Spectacle, Palais Garnier – Paris

Enfin la visite s’achève par le Grand Foyer qui s’inspire des châteaux de la Renaissance Française du XVIIe siècle. On pourrait presque se croire dans la galerie des glaces du Château de Versailles. Le lieu est doté de dorures un peu partout, de statues, de peintures, de lustres. J’aime l’histoire de cette salle où jusqu’au XIXè siècle, ce Grand Foyer était réservé exclusivement aux hommes jusqu’au passage de la Reine d’Espagne venue pour l’inauguration de l’Opéra. La Reine a voulu aller admirer elle-même la galerie du Grand Foyer suivi par d’autres femmes. Depuis ce jour là, le Grand Foyer est ouvert à tout le monde !

Le Grand Foyer, Palais Garnier – Paris

Si vous aimez les beaux édifices et les lieux chargés d’Histoire, vous êtes au bon endroit.

Plafond du Grand Foyer, Palais Garnier – Paris

Pour une autre fois, nous ferons la visite après fermeture des espaces ouverts au public afin de découvrir peut être d’autres mystères de l’Opéra Garnier.

Très bonne découverte et visite !

Informations Pratiques :

Accès : entrée à l’angle des rues Scribe et Auber 
75009 Paris

Toutes les informations pour réserver, ici

Visite Guidée :

Adulte : 17 € / Enfant : 9,50 € / Etudiant (-26 ans) : 12,50 €

Visite Autonome :

Tarif plein : 14 € (12 € hors période d’exposition) 
Tarif réduit : 10 € (8 € hors période d’exposition) 
Gratuités (enfant de -12 ans, chômeurs…)

Attention : l’accès à la salle de spectacle peut être restreint ou rendu impossible pour des raisons techniques et/ou artistiques.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑